TRAITEMENTS / Hypertrophie bénigne de la prostate

De quoi s'agit-il?

L'hypertrophie prostatique bénigne (HBP) est une maladie fréquente chez l'homme. Elle se manifeste le plus souvent à partir de 60 ans. Sur le plan clinique, elle se traduit par des troubles urinaires du bas appareil (TUBA), troubles qui ne lui sont pas spécifiques car ils sont aussi présents lors de maladies vésicale, neurologique ou tumorale de la voie urinaire basse.

Glande génitale normalement de petite taille chez le jeune adulte, la prostate prend généralement du volume chez la majorité des hommes à partir de la cinquantaine. La base histologique de l'hypertrophie prostatique bénigne est l'hyperplasie bénigne dont l'origine n'est pas entièrement claire. Elle apparaît vers 40 ans et se manifeste dès 60 ans dans la plupart des cas. C'est une maladie progressive évoluant sur plusieurs décennies. Plusieurs théories existent dont les deux les plus connues étudiées récemment sont la théorie hormonale et la théorie stromale.

La symptomatologie

Les manifestations de l'hypertrophie bénigne sont dues à l'obstruction du flux urinaire à travers l'urètre et sont également dues à l'action concomitante du volume prostatique et de l'activité musculaire prostatique. La symptomatologie peut être très variée, elle apparaît progressivement avec augmentation de la fréquence mictionnelle diurne et nocturne, diminution du jet, impression de mauvaise vidange vésicale, dysurie et besoins impérieux allant parfois jusqu'à une rétention urinaire aiguë nécessitant la pose d'une sonde vésicale.

Les traitements

Après avoir exclu des pathologies de types tumeur vésicale ou infection par l'examen des urines et éventuellement une échographie ou une cystoscopie, la discussion avec le patient débouche sur un éventuel traitement médical de la symptomatologie. Les différentes approches de traitement comprennent la phytothérapie ou traitement alpha-bloqueur (actuellement le standard) qui permet un soulagement rapide de la symptomatologie au prix parfois d'effets secondaires parmi lesquels il est à souligner une diminution de la tension artérielle ainsi que, parfois, une diminution de l'éjaculation.

Il y a aussi des possibilités thérapeutiques par la prise d'inhibiteurs 5-alpha réductase, qui permettent de diminuer le volume prostatique, et qui peut être indiqué dans des situations de prostate très volumineuse et quand le traitement d'alpha-bloqueur est contre-indiqué. Récemment, des traitements combinant ces deux approches sont apparus sur le marché et sont prescrits selon la gravité de la symptomatologie ou de la présence de complications. Lorsque la symptomatologie résiste au traitement habituel ou qu'il y a apparition de complications, des traitements chirurgicaux sont possibles. On peut citer deux grands groupes de traitement: les mini-invasifs et les classiques par résection endoscopique de prostate ou par chirurgie ouverte ou robotique de l'adénome.

La prise en charge du SIPC

Notre centre offre une prise en charge complète, du diagnostic au traitement. Après une anamnèse détaillée avec le patient, nous procédons à un toucher rectal et à une prise de sang pour doser le PSA afin d'exclure une éventuelle suspicion de composante maligne.

Si la situation est claire, nous proposons un traitement médical ou simplement nous rassurons le patient. Si nécessaire, nous procédons à des examens complémentaires par débimétrie et éventuellement urodynamique, ce dernier permettant de préciser l'origine de la symptomatologie et de différencier, dans la plupart des cas, une histologie vésicale ou d'obstruction prostatique. Nous pouvons aussi effectuer des cystoscopies et une sonographie endorectale si nécessaire.

Notre centre assure le suivi régulier des patients qui bénéficient d'une surveillance seule ou d'un traitement médical. Ce suivi peut être bien entendu assuré en coordination avec le médecin de famille du patient.

Dans certaines situations, notamment chez les jeunes patients désirant conserver une éjaculation, nous offrons des thérapies mini-invasives de type stent prostatique, urolift, thermothérapie ou laser Thulium. Ces thérapies permettent de soulager la symptomatologie avec peu d'effets secondaires. Naturellement, leur efficacité à long terme n'est pas encore clairement établie.

Dans les situations où une mesure définitive est nécessaire ou en cas de complications de l'hypertrophie bénigne de la prostate, le traitement classique s'impose. Il consiste en une résection endoscopique de la prostate pour laquelle nous avons plusieurs options: bipolaire, monopolaire ou laser, selon la discussion avec le patient et la situation. Dans le cas d'adénome prostatique très volumineux, une adénomectomie par voie transvésicale ouverte ou robotique est possible.