DIAGNOSTIC / PSA en surveillance active et suivi post-opératoire

Surveillance active

Une tumeur peu agressive (Gleason <7) décelée à la biopsie, petite (non palpable) et d'un PSA* bas (<10) n'est pas forcément suspecte. Toutefois, ces trois paramètres doivent être activement et régulièrement surveillés, ce qui implique de répéter les biopsies. La chirurgie ou la radiothérapie seront cependant indiquées si l'un de ces paramètres s'aggrave.

  • L'avantage: pas de traitement immédiat.
  • Le désavantage: le risque de vivre avec un cancer non traité et de se faire prendre de vitesse par une tumeur petite mais développée près de la capsule qui la transgressera sournoisement. Le risque existe également de n'avoir pas détecté un foyer cancéreux plus agressif lors de la première biopsie.

Suivi post-traitement

Après l'ablation de la prostate - qui permet de l'analyser dans sa totalité, et ainsi de connaître précisément la nature et l'étendue de la tumeur -, le stade pathologique est déterminé de façon précise. Six semaines après la prostatectomie, le PSA devrait être à 0,0 et le rester par la suite. Dans cette situation, le PSA est incontestable et parfaitement fiable. En cas de dépassement de la capsule à l'analyse de la prostate, et de persistance de PSA ou de sa réapparition (>0,2), une radiothérapie de complément peut apporter une deuxième chance de guérison.

* "PSA" est l'acronyme anglais de Prostate Specific Antigen, soit antigène prostatique spécifique. Il s'agit d'une protéine fabriquée exclusivement par la prostate qui augmente dans la plupart des cancers de la prostate mais l’augmentation peut également se trouver dans des affections non cancéreuses de la prostate. Son utilisation comme marqueur en dépistage du cancer de la prostate fait l’objet de controverses.

PSA